Comment aller au Japon en train ?

Rejoindre le Japon depuis la France avec le train peut être une expérience fabuleuse. Même si cette traversée peut prendre plusieurs jours, il s’agit d’une véritable aventure qui fera certainement plaisir aux voyageurs passionnés.
D’autant plus qu’il existe plusieurs moyens d’atteindre l’archipel nippon.
Nous verrons dans cet article comment aller au japon en train.

Le Transsibérien

Le Transsibérien est sans aucun doute l’une des lignes ferroviaires les plus mythiques au monde. Reliant Moscou à Vladivostok, il s’étend sur plus de 9200 km et traverse plusieurs centaines de gare.

Pour aller à Moscou, vous avez plusieurs options, mais la plus intéressante reste sans aucun doute Paris – Cologne – Varsovie – Moscou.
Ce trajet prend généralement près de 20 heures de train.

Lorsque vous atteignez Moscou, vous pourrez alors monter dans le Transsibérien pour rejoindre Vladivostok. Toutefois, il est important de bien coordonner votre voyage car le train pour Paris – Varsovie est journalier alors que le Transsibérien ne circule qu’une seule fois par semaine.
Afin de ne pas perdre son temps, il est donc essentiel d’arriver à Moscou la veille du départ du Transsibérien.

En ce qui concerne le coût, comptez entre 300 € (3ème classe) et 1 000 € (1ère classe) pour un billet du Transsibérien.

Arrivé à Vladivostok, vous pourrez prendre le ferry pour Takaoka.
En effet, le Japon étant une île, on ne peut donc pas le rejoindre par train exclusivement. Une petite traversée par bateau s’impose alors pour pimenter un peu ce fabuleux voyage.

De Takaoka, vous pourrez ensuite rejoindre Tokyo via le train qui y est très fréquent. Dans tous les cas, avant de partir, il vous faut préparer les visas nécessaires, notamment russe, japonais mais également le visa biélorusse.

Le Transmongolien et le Transmandchourien

Le Transmongolien est également une très belle option pour rejoindre le Japon en train.
Partant de Moscou, il s’agit de la même ligne que le Transsibérien jusqu’à Olan-Oude où elle se dirige après vers Pékin plutôt que vers Vladivostok.

Dans tous les cas, pour atteindre Moscou, il s’agit de la même chose que pour le Transsibérien notamment le train Paris – Cologne – Varsovie – Moscou.

Le Transmongolien passe par la Mongolie et la Chine et vous pourrez sur la route admirer des monuments tels que la Grande Muraille.
De Pékin, vous pourrez alors rejoindre Tianjin, qui est le port le plus proche, par le train à grande vitesse chinois.
Arrivé à Tianjin, vous pourrez ensuite opter pour un ferry, proposant quant à lui plus de régularité et des tarifs beaucoup moins chers que ceux de Vladivostok, pour rejoindre Kobe.
De Kobe, vous pourrez ensuite rejoindre Tokyo par le train qui y est également très fréquent et régulier.

Pour ce qui est des visas, vous devrez préparer les visas russe, biélorusse, japonais, chinois et mongol.

Il y a également le Transmanchourien qui peut être également intéressant pour rejoindre le Japon depuis la France avec le train.

Reliant Moscou à Pékin, cette ligne est aussi l’une des plus notoires de la Russie.
Elle emprunte le même itinéraire que le Transsibérien jusqu’à Tchita où elle se dirige ensuite vers Pékin en passant par la Mandchourie et par Harbin.
A l’inverse du Transmongolien, cette ligne contourne la Mongolie et ne nécessite donc pas un visa mongol.

Aller au japon en train peut être une expérience unique.
Même si cette traversée peut prendre énormément de temps, il existe plusieurs options qui sont toutes aussi intéressantes.
Le Transsibérien figure parmi ces options tout comme le Transmanchourien et le Transmongolien.
Dans tous les cas, effectuer un tel voyage reste une façon originale et authentique pour atteindre le Japon.

Stopover
t

150

créateurs de voyages

r

20347

avis de voyageurs

d

Garantie

Capital 7,7m€ & Assurance 8m€

Paiement Sécurisé

o

1500

suggestions d'itinéraires 100% personnalisables

U

134290

voyageurs nous ont fait confiance

Haut